L'Ermitage, un lieu pour écrire

Créer un lieu où l’écriture, cette activité non productive dont la seule finalité est de donner du sens à l’existence humaine, puisse s’abriter, s’épanouir et prospérer, voilà l’utopie de la communauté d’auteurs buissonniers née des ateliers d’écriture de Virginie Lou-Nony. Mais à l’inverse de toutes les utopies, celle de l’Ermitage s’enracine déjà à une adresse : au 20 ter, rue René-Cassin, 34600 Bédarieux.

Le projet de créer un ermitage où se retirer pour écrire, à l’abri autant que faire se peut des pressions sociales et culturelles, a été conçu dès les années 2000. Mais il a fallu attendre 2014 pour qu’il se concrétise. La chance a voulu que, cette année-là, sur le terrain acheté par Virginie et Joseph Périgot au bord de l’Orb, se trouve une petite construction paysanne vieille de plus d’un siècle, en assez bon état cependant pour être restaurée. Demeurait entière la question du budget : mais les auteurs buissonniers, en l’occurrence auteuses buissonnières, n’avaient pas seulement la passion des lettres, elles s’y connaissaient en chiffres.

Un premier financement participatif en 2014

Mazet au bord de l'OrbGrâce à une campagne de crowdfunding, l’association La Maison de l’écriture a pu faire remettre en partie en état ce mazet – ainsi nomme-t-on dans le Sud ces constructions modestes, destinées à fournir au paysan un rangement de l’outillage et un hébergement sommaire quand la terre à cultiver se trouvait trop éloignée de l’habitation familiale. 

Sur la plateforme de crowdfunding Ulule, l'association a récolté 17 530 €, soit 2 530 € de plus que l’objectif fixé. Mais nous savions, en lançant cette première campagne, qu’elle ne suffirait pas (la restauration complète du bâtiment était évaluée à 30 000€). Avec cette somme, nous avons pu faire refaire charpente et toiture, assainir les murs et jointoyer les pierres à la chaux, installer des huisseries neuves avec double vitrage, acheter un escalier pour relier le premier au rez-de-chaussée, faire le raccordement au réseau eau/ électricité. 

Grâce aux ami(e)s des ateliers, nous avons pu meubler le premier étage (un lit, une commode, un bureau, un fauteuil) et relier par câble Ethernet l'Ermitage au Web.

Une deuxième campagne

Crowdfunding 2Mais cette même année 2014, une crue centennale de l’Orb – dont la probabilité peut s’accroître du fait des changements climatiques – a montré que l’Ermitage, tout à l’abri du monde qu’il fut, restait soumis aux coups de sang d’une météo post-industrielle. 

Le niveau du fleuve a atteint, heureusement sans la franchir, la limite du premier étage, nous incitant à revoir les aménagements du rez-de-chaussée pour qu’il reste à l’abri des inondations. 

En d’autres termes, il faut étanchéifier le rez-de-chaussée, où seront installées cuisine et salle de bains. D’où une nouvelle campagne de crowdfunding, qui sera lancée en avril 2017. Nous l’espérons aussi enthousiasmante et fructueuse que la première.